comment venir au Pays Périgord Vert

Bienvenue en terre occitane !

La beauté des sites et des paysages a déjà de quoi satisfaire le visiteur qui pénètre en Périgord Vert. Et pourtant il existe ici une dimension immatérielle qui donne à ce territoire toute son identité : c’est celle de la langue occitane. Les troubadours Arnaud Daniel, Bertran de Born, Guiraud de Bornelh et le célèbre Richard Cœur de Lion ont porté dans toute l’Europe cette langue qui s’imposa dans les cours royales et impériales comme celle de la poésie et de l’amour courtois. Secouée par la violence de l’histoire et d’une politique linguistique délétère, la langue occitane s’est pourtant maintenue dans le milieu rural où elle fut longtemps méprisée sous le nom de patois.

Depuis une cinquantaine d’années, auteurs, musiciens, artistes la font revivre et les politiques régionales et départementales lui rendent une légitimité. Cette langue, vous la rencontrerez au cours de vos randonnées, dans les spectacles et concerts que ce beau pays vous proposera. Vous la rencontrerez aussi dans les noms des gens et des lieux qu’elle seule permet de décrypter. Certes, elle peut se faire discrète, mais si vous allez à sa rencontre elle ne manquera pas de vous séduire par ses intonations méridionales et vous accueillera par la formule traditionnelle au seuil des maisons : chabatz d’entrar, finissez d’entrer !

Les "Trobairitz", les troubadours
Il y a mille ans, en plein moyen âge, des chevaliers, mais aussi des non nobles lancèrent un incroyable mouvement, celui des troubadours. Ces hommes, puis très rapidement ces femmes, les "Trobairitz" décidèrent d’écrire et de chanter dans leur langue l’Occitan, ce qu’ils et elles pensaient de l’amour, de la politique et de la religion. Les troubadours inventèrent les notions comme celle du "fin amor", autour du respect de la femme, et celle de "paratge", qui permet de reconnaître l’autre, quel que soit son sexe, ses idées où sa couleur de peau, comme un "égal", un "pair".

L’occitan, essentiel dans l’identité culturelle locale
Témoins historiques du territoire, les noms de lieux, de rivières et de sources nous invitent à la découverte des multiples facettes du patrimoine naturel, linguistique et culturel de ce pays. Car en Périgord Vert comme dans les autres régions de langue occitane, presque tous les toponymes ont deux formes. La forme francisée, d’une part, est celle que l’on rencontre sur les cartes ou sur les panneaux, mais dont la fixation écrite et orale est rarement antérieure à la fin du XVIIIe siècle ; la forme occitane, d’autre part, s’est transmise de génération en génération depuis l’époque médiévale. Aujourd’hui restituée de manière écrite et étymologique, elle représente une composante essentielle de l’identité culturelle du territoire.


Joan-Loís LEVEQUE (Novelum – IEO Perigòrd)
 

Aquí parlem l'occitan e ne'n som fiers !  Ici, nous parlons occitan et nous en sommes fiers ! Le Parc naturel régional Périgord-Limousin est incontestablement une terre occitane. 1.000 ans d’histoire liant le territoire et la culture occitane nous ont laissé entre les mains un bel héritage. Plus qu’une simple langue, c’est toute une culture qui se dévoile pour peu que l’on ait la curiosité de lire les noms des villages, des lieux-dits, des ruisseaux, des habitants…
 
Loin d’être tournée vers le passé, cette identité se vit aussi ici au quotidien, sur les marchés, dans l’intimité villageoise… et lors des festivités grâce notamment aux nombreux acteurs culturels attachés à partager leur culture. Sur ce territoire faisant l’objet d’un projet de développement axé sur la préservation des patrimoines, l’occitan est considéré comme un pilier du projet.
 
Parc Naturel Régional Périgord-Limousin - Maison du Parc La Barde - 24450 La Coquille - 05 53 55 36 00 - info@pnrpl.com - www.parc-naturel-perigord-limousin.fr


Un pays à découvrir en famille
Les "goïassons", (prononcer "gouyassous"), c’est ainsi que sont appelés les enfants en Dordogne. Les sentiers et la campagne du Périgord vert leur offrent un terrain de jeu exceptionnel ! Ces chemins abritent aussi un grand nombre de contes et de légendes issus de la mémoire Occitane. Il y a toujours un Leberon, (prononcer "Lébérou"), caché dans les bois, une "Bérane" ou une "Vieille" tapie au fond d’un puits où d’une fontaine dont l’histoire ne demande qu’à être racontée…
 
Une gastronomie de tradition
Il y a beaucoup d’adresses de bons producteurs en Périgord, mais certaines sont comme les endroits où poussent les cèpes : on ne les révèle qu’à des proches, et encore ! Si vous insistez, les Périgourdins vous laisseront peut-être entrer dans le secret…
 
Si on veut qu’un gourmand donne ses préférences, en voici quelques unes, au hasard : tartines de beurre salé truffé, grillons (rillettes) de canard sur du pain frais, "gros grillons" (rillons) de cochon cul noir accompagné de petites pommes de terre en robe des champs, cerneaux de noix confits à la verveine… On voudra peut-être essayer les pâtes fraîches aux cèpes ou bien aux truffes râpées. L’exploration ne fait que commencer…


Jean-Pierre REYDY

Agenda

Cours d'informatique

Cours d'informatique

Jean-Claude, animateur multimédia, vous accueillera à la bibliothèque pour des ateliers gratuits d'initiation ou de perfectionnement sur les postes informatiques


Voir tout l'agenda